100 km de Millau

Samedi 25 septembre

En qualité de « témoin « de ce week-end VYTA encore exceptionnel, je m’y « colle » au petit compte rendu d’usage…Tout d’abord, j’ai envie de le résumer par un SUPER BRAVO !…à nos 5 centbornards pédestres et aux 3 centborndards cyclistes…Je les ai vus se préparer consciencieusement, plutôt sereins et visiblement complices après ces heures d’entrainement partagées… Préparatifs habituels avec en plus, la coordination avec le ou la suiveuse…. millau010

Point majeur = la météo ??? Finalement la pluie annoncée étant tombée le vendredi, les conditions météo du jour J étaient plutôt favorables… et pour le départ = grisaille mais éclaircies par la suite soit un temps idéal ! le refroidissement avec vent et crachin est arrivé en fin d’après midi pour nos amis…

Arrive le départ avec une ambiance très conviviale où les 2000 coureurs soit 1600 cent bornards et 400 marathoniens rejoignent la ligne de départ après un défilé dans la ville et puis … FEU ! la longue file humaine s’étire vers la campagne…. parcours très agréable de par les paysages, de par la fermeture partielle de la route aux voitures, de par le public très participatif à certains endroits…. bref …. des petits bonheurs !!! à noter les ravitaillements impeccables et l’organisation générale très efficace !

Retour à Millau pour l’arrivée du marathon et.. là… les cent bornards traversent le gymnase et repartent…pour les 58 km (et des poussières..) quand pour ma part, j’en avais « plein les jambes » quel courage !!!! sachant que le parcours n’est pas aisé…. mais rien n’arrête nos champions et dans la nuit chacun réapparait. avec le sourire s’il vous plaît, à peine marqués physiquement,.. et avec déjà des souvenirs plein la tête !

Chapeau à Xavier et Jean Paul pour avoir réussi leur 1er challenge et bravo à Marie Hélène, Marie Cécile et Kiki pour avoir renouvelé leur performance !!!

Se trouver au milieu d’une foule de cent bornards sur la ligne de départ laisserait penser que l’épreuve est simple et banale…. mais à l’arrivée le soir, les expressions et démarches de bon nombre des participants attestent bien des difficultés rencontrées….. bref ce 100 km de Millau est une belle expérience d’ambiance de course…et l’occasion encore d’un week-end club très sympathique à la façon VYTAJOG !

(MCL)

Millau (par Xavier)

Quelle belle aventure, voilà des mois que nous en parlons, que nous nous entrainons, et nous voici le 23 Septembre à charger la voiture, bagages, vélos et départ pour la grande aventure.
Arrivée le Jeudi soir, où l’on se retrouve avec Jacques, Kiki, Marie Hélène et Jean Paul à l’hôtel ; le temps est capricieux avant d’être pluvieux voir orageux.

Vendredi , matinée calme , nous nous baladons dans Millau mais la pluie est là, tenace et nous oblige à nous réfugier dans les Halles de Millau ; retour à l’hôtel pour une sieste avant d’aller retirer nos dossards au Parc de La Victoire.
16h30 : nous y sommes , plongés dans cette atmosphère que beaucoup connaissent, marathoniens , semi marathoniens, l’effervescence monte, on découvre notre superbe maillot, notre affiche des 100 kms de Millau, et cette ambiance qui nous plonge déjà dans la course.
Visite de quelques stands sportifs mais aussi gastronomiques avant de reprendre le chemin de l’hôtel avant le dernier repas du soir.
19h30, nous sommes à table, nous attendons nos pates, d’autres leur aligot, la pression monte, je suis très énervé, je ne cesse de répéter que j’ai envie de courir, je dois énerver les autres c’est sûr mais c’est aussi un moyen pour moi d’évacuer le stress.
Bref, 21h00 nous sommes de retour à l’hôtel où les 2 Marie Cécile et Pascal sont arrivés, ils mangent et nous discutons un peu, à quelle heure se lève t on, comment s’habiller car la météo n’est pas très optimiste.Coucher 22h00.

Samedi petit déjeuner 7h30, et là nous tenons le bon bout, dans 2h30 nous nous lancerons sur les routes de Millau.
8h50, nous partons en laissant nos trois accompagnateurs vélo à l’hôtel, car eux prennent la route d’Aguessac , lieu de rendez vous avec les coureurs.

Arrivée au Parc de la Victoire, pour un dernier contrôle et nous partons vers 9h30 en procession jusqu’à la ligne de départ.

10h00 , coup de pistolet , la course est lancée et beaucoup d’émotion , les larmes sont là mais il ne faut pas s’attarder car il y a un peu de route à faire aujourd’hui.

Je rejoins mes deux accompagnateurs vélo, quelle chance, après 6 kms et nous voila partis pour une superbe aventure ; gestion, prudence tous ces mots sont dans ma tête, j’ai écouté les « anciens « , je ne fais pas de bêtises, j’avance , je suis heureux d’être là , les kilomètres défilent , les paysages sont merveilleux, on discute sur le parcours , on arrive au Marathon où Marie Cécile et Pascal nous attendent et nous encouragent , on se change , on se ravitaille et on repart pour les derniers 58 kms.

Au 46 km , se dresse devant une côte à 7% pour atteindre le Viaduc de Millau, sous lequel on passe et basculons vers le 50 kilomètre, magique, nous avons parcouru la moitié du parcours et rien ne va mal, mes deux accompagnateurs sont présents , ils me soutiennent, m’encouragent , cela fait du bien , sans compter tous les appels téléphoniques, que gère Sandrine , et qui nous touchent beaucoup , je remercie tout le monde car jusqu’au 95 kms nous avons eu des appels pour avoir de nos nouvelles, elle existe cette solidarité, cette convivialité au sein de notre association.

Puis arrive le passage délicat du 62 ème au 75 ème km, la montée vers Tiergues, puis la descente vers Saint Affrique avant de faire l’inverse et de se retrouver dans la nuit pour les 25 derniers kilomètres ; il faut maintenant gérer le retour, descente , remontée vers le Viaduc et la ville de Millau se profile, 95 .96 . 97 .98 .99 , là je prends la main de Sandrine et Dominique, les remercie et les larmes de joie remontent, oui je suis arrivé à relever ce défi, j’entre dans le Parc de la Victoire, Sandrine m’attend deux cent mètres avant la ligne d’arrivée , que nous franchissons ensemble, je voulais partager cet instant de Bonheur avec elle car depuis plus d’un an, je ne fais que parler de Millau, elle m’a accompagné sur les entrainements , courts , longs, sur le Marathon d’Albert et là sur les 100 kms, alors Merci Mon Cœur , il est 23h04 , les 100 kms sont terminés pour moi, mais nous nous dépêchons de retrouver Pascal et Marie Cécile pour acclamer Marie Cécile B, Marie Hélène , Jean Paul, Kiki qui franchissent la ligne d’arrivée .

Nous l’avons fait , les 100 kms de Millau, l’Autre Dimension, nous pouvons savourer ces moments de Bonheur, et comme d’habitude , le champagne coule dans nos verres.

Merci à Sandrine, Dominique, Jacques, Marie Cécile L , Pascal , pour leur patience, leurs encouragements et leur aide précieuse, merci à toutes celles et tous ceux qui nous ont envoyés des SMS, nous ont appelés tout le long du parcours, et merci à celles et ceux qui m’ont donné l’envie de faire cette course , car oui je suis un homme heureux d’avoir réalisé ce rêve ,et de l’avoir partagé avec vous .

Que dire de plus, si ce n’est Millau Merveilleuse Aventure Humaine et que je souhaite à beaucoup d’entre vous de pouvoir goûter à ce Bonheur.

Notre 100 bornes (par Jean-Paul et Marie H)

Comme d’habitude, départ très prudent et comme d’habitude, je dois freiner Marie H pour respecter notre plan de marche (8km/h).
40 km en 5h00 ! nickel. Moral au beau fixe.
Passage au marathon : nous en profitons pour bien repérer les derniers km.
Sortie de Millau vers le viaduc : là commence le 100 bornes ! A deux, nous alternons course et marche rapide (merci Cyranno) en suivant les indications de mon cardio. Tout va bien
Descente vers Saint Affrique : le vent et le froid sont là. Le spectre de Belvès surgit ! Un moment de doute. Heureusement Dominique, en bon samaritain, nous apporte nos blousons coupe-vent! Ouf !
20 h : nous quittons Saint-Affrique avec nos vêtements secs et chauds. La nuit tombe et c’est une autre course qui commence. Silencieuse, seul le bruit des pas sur la route (et des sonneries de tél) est perceptible. Fascinante dans l’obscurité trouvée par ces petites lampes frontales. On oublie que ça monte durement !
85 km : premières lueurs du viaduc dans le lointain. C’est bon nous finirons !
Un nouveau défi se profile dans nos 2 têtes : terminer avant minuit !
Passage sous le viaduc, entrée dans Millau, 98, 99. 100 !
C’est fini ! il est 23h52. Photos, embrassades, champagne !